L’oreille interne

Anatomie et fonctionnement de l’oreille interne

 

L’oreille interne est la partie de l’oreille qui contient l’organe de l’ouïe mais aussi l’organe de l’équilibre.

On distingue deux entités différentes dans l’oreille interne : le labyrinthe osseux : C’est une cavité ou sont situées toutes les structures sensorielles de l’oreille interne, et le labyrinthe membraneux qui est situé a l’intérieur du labyrinthe osseux. Ils ont donc la même forme.

 

 

Lorsque qu’on parle de l’oreille interne, on parle de milieu liquide, en effet toute l’oreille interne est noyée dans un liquide nommé la périlymphe. Le labyrinthe membraneux est noyé dans la périlymphe qui le sépare du labyrinthe osseux. De plus, le labyrinthe membraneux contient un autre liquide nommé endolymphe.

 

 Le labyrinthe osseux contient :

  • Le vestibule, une cavité qui s’ouvre dans la caisse du tympan par la fenêtre ovale, celle ci bouchée par la platine de l’étrier.
  • Les canaux semi-circulaires qui sont des conduits en forme de demi-cercles et qui sont reliés au vestibule.
  • Le limaçon osseux (cochlée), qui est une cavité enroulé en spirale et coupé en deux sur toute sa longueur sauf au sommet par une lame appelée lame spirale. Ainsi se forme deux rampes du limaçon osseux, une qui s’ouvre dans le vestibule, c’est la rampe vestibulaire, l’autre qui s’ouvre dans la fenêtre ronde, c’est la rampe tympanique.

  

Le labyrinthe membraneux 

Le labyrinthe membraneux est un sac à paroi très fine, il contient l’utricule et le saccule contenu dans le vestibule, organe qui joue un rôle au niveau de l’équilibre, nous n’approfondirons pas ce point car il ne rentre pas dans notre problématique, il contient également les canaux semi-circulaires membraneux contenus dans les canaux semi-circulaires osseux, enfin il contient le limaçon membraneux.

On appelle généralement cochlée le limaçon osseux et l’ensemble des structures qu’il contient. La cochlée est l’organe de l’audition. Le nerf cochléaire est situé dans le creux de la columelle : l’axe autour duquel la cochlée s’enroule.

La cochlée est composée de trois rampes : La rampe vestibulaire, la rampe cochléaire ou canal cochléaire et la rampe tympanique. La lame spirale (sur la quelle repose la membrane basilaire) sépare la rampe vestibulaire de la rampe tympanique. Elles appartiennent au labyrinthe osseux, elles contiennent donc de la périlymphe, et elles communiquent à leurs extrémités (situé a l’apex de la cochlée = hélicotrème), la rampe tympanique débouche sur la fenêtre ronde, et la rampe vestibulaire sur le vestibule (donc indirectement sur la fenêtre ovale).

C’est cette complexité dans l’anatomie de l’oreille interne qui va permettre les déplacements liquidiens de celle-ci. La rampe cochléaire quant à elle fait parti du labyrinthe membraneux, elle est située entre la rampe vestibulaire et la rampe tympanique, elle est collée à la rampe vestibulaire et elle contient de l’endolymphe. La membrane de Reissner est une membrane qui sépare le canal cochléaire de la rampe vestibulaire et la membrane basilaire va servir de support pour l’organe de corti, c’est le deuxième coté de la rampe cochléaire. Cette membrane a un rôle important car elle possède une fréquence de vibrations propres à tous points, ainsi l’oreille interne est capable de reconnaître la fréquence d’un son. Les sons aigues déforment préférentiellement la base de la membrane, les sons graves, l’apex.

Sur ce schéma, la membrane basilaire esr déroulée

Sur ce schéma, la membrane basilaire est déroulée

 

Le canal cochléaire contient essentiellement l’organe de Corti. C’est dans cet organe que l’on va trouver les cellules auditives ciliées en contact à leur base, avec des fibres nerveuses, alors que leur l’extrémité est en contact avec la membrane tectoriale. Cette membrane est une membrane fibreuse qui recouvre tout l’organe de Corti. L’organe de Corti est soutenu par deux grandes cellules appelées piliers de Corti. Cet ensemble de piliers est quant à lui appelé arcade de Corti. De part et d’autres de cette arcade, on trouve des cellules ciliées internes et externes. Il y a environ 3500 cellules ciliées internes et 15 000 à 20 000 cellules ciliées externes.

1 Membrane tectoriale, 2 Cellules ciliées interne (CCI), 3 Cellules ciliées externes (CCE), 4 Cellules de Deiters (de support), 5 Tunnel de Corti, 6 Fibres nerveuses

Le ganglion spiral est un canal contenant les cellules nerveuses, ces cellules se prolongent pour former les fibres nerveuses en contact avec les cellules ciliées. Les cellules ciliées sont donc en contact avec le nerf auditif. 

La cochlée est la partie de l’oreille interne qui intervient dans l’audition, ainsi, elle est le siège de phénomènes mécaniques mais aussi électriques.

Grâce a la complexité de l’anatomie de l’oreille interne, des mouvements liquidiens vont pouvoir avoir lieu. Nous avons vu précédemment que la rampe tympanique et la rampe vestibulaire contenait de la périlymphe, communiquaient entre elles a l’apex de la cochlée, et débouchées respectivement à la fenêtre ronde et à la fenêtre ovale. Ainsi, lorsque la platine de l’étrier s’enfonce dans la fenêtre ovale, la fenêtre ronde s’arrondit vers l’extérieur à cause du liquide poussé par la platine.

Lorsque des mouvements se produisent dans l’oreille interne, toutes les structures de la rampe cochléaire (les diverses membranes, l’organe de corti…) se déplacent ensemble. Ainsi, lorsque des vibrations sont transmisses par l’étrier, on observe des vibrations de cet ensemble, aussi appelé : la cloison cochléaire. Les vibrations de cette cloison vont déformer les cils des cellules auditives de l’organe de Corti,  ces déformations vont stimuler les cellules ciliées, qui vont stimuler à leur tour les fibres nerveuses, qui elles, vont donner naissance au message sensoriel auditif. La fréquence de vibration est conservée grâce à la membrane basilaire qui va permettre la reconnaissance de la fréquence du son.

Comme dans tous les organes (tels que le cœur, les muscles, le cerveau…), le fonctionnement de l’oreille interne est associé a une activité électrique, ainsi, lorsque des vibrations sonores parviennent à l’oreille interne, celle-ci est le siège de variations de potentiel électrique : potentiel microphonique cochléaire et potentiel de sommation. Ces phénomènes sont trop compliqués a expliqué a notre niveau, c’est pour cela que nous nous abstiendrons de les étudier plus en détail.

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :