Expérience sur la perception auditive

Dans le cadre de notre TPE, nous avons eu comme ambition de réaliser une expérience en relation avec les nuisances sonores et la musicothérapie. Ainsi, après une longue réflexion et de nombreuses recherches, nous avons décidé de réaliser cette expérience sous forme d’un sondage auprès d’une cinquantaine de personnes. Nous leur avons proposé de réaliser des écoutes de musiques et d’ambiances sonores pour interpréter leurs ressentis…

Le protocole :

Nous avons envoyé au candidats des ambiances sonores et des extraits musicaux de 1 minute chacun et aux nombre de quatre.

Malheuresement, le site ne nous permet pas d’héberger ces extraits dans le format adéquat, nous nous contenterons donc de décrire les extraits.

Extrait 1: ambiance industrielle, bruits de machines.

Extrait 2: ambiance balnéaire, musique planante.

Extrait 3: musique rythmée et excitante.

Extrait 4: musique de relaxation, ambiance orientale, douce et reposante.

  1. Avant de procéder à l’écoute, prenez une petite minute pour respirer et ainsi être au plus calme. Si possible utilisez un casque ou des écouteurs pour ne pas être gêné par l’environnement extérieur. Commencez l’écoute en mettant le son assez fort pour que ce soit réaliste, fermez les yeux… Ecoutez les extraits dans l’ordre, c’est important pour notre future exploitation.
  2. Après chaque écoute, notez une impression, un ressenti par rapport à la musique, l’ambiance ou comment vous vous sentez… (musique : relaxante, entrainante, déstressante… sentiment de bien-être, augmentation du stress…) ne vous fermez pas à ce vocabulaire simple, utilisez les mots que vous voulez pour décrire au mieux vos impression, notre travail est justement de les interpréter…Il  se peut que vous soyez indifférent à l’écoute, dites le sans hésitation.
  3. Maintenant, le travail le plus dur… après chaque écoute, ou après avoir tout réécouté une deuxième fois (dans l’ordre), notez votre état de stress sur une échelle de 1 à 10 avant et après chaque écoute.
  • Si votre état de stress augmente pendant une écoute, reprenez ce niveau de stress comme niveau initial avant l’écoute suivante.
  • A savoir; 1 est votre niveau de stress initial, avant de commencer l’expérience en entier, prenez en compte l’état de stress maximal pendant l’écoute.
  • Au contraire, si vous ressentez plutôt du bien-être, faites comme si votre stress diminuait.

Soyez assez objectif et notez le stress par rapport à ce que la musique vous apporterez si vous étiez vraiment en condition (dans un spa, un lieu très calme ou au contraire dans un milieu bruyant…), considérez aussi que 10 est à peu près le niveau de stress que vous pouvez ressentir avant une interro de math.

Avec une sensation de bien être produit par certains extraits, il est possible que vous ayez des valeurs négatives sur l’échelle ne vous inquiétez pas ce n’est pas gênant pour notre interprétation. Essayez d’être complet, mais faites au plus simple pour vous.

Résultats et interprétations 

Quarante trois personnes ont répondus au sondage…

De manière générale, nous avons pu diviser les résultats pour en donner deux grandes interprétations.

Ainsi nous avons regroupé les résultats obtenus pour l’extrait 1 (ambiance industrielle) et l’extrait 4 (musique de relaxation), puis les résultats obtenus pour l’extrait 2 (ambiance balnéaire, musique planante) et l’extrait 3 (musique rythmée).

1. Une réaction uniforme à certaines ambiances sonores, certaines musiques.

La première interprétation que nous avons pu faire du sondage est qu’il existe une certaine uniformité de réaction à certains sons, certaines ambiances. Aujourd’hui, il peut sembler évident que si l’on fait écouter à une personne dotée d’une audition normale, une ambiance mélangeant des bruits de machines industrielles, il ne va pas apprécier. Ainsi la perception qu’un individu à d’un son, d’une ambiance serait dans les grandes lignes influencée par l’opinion commune.  Nous avons voulu démontrer cela créant un extrait d’ambiance industrielle ; la totalité des réponses émises ont qualifiée cette ambiance avec des termes péjoratifs tels que : « Brouhaha, insupportable, stressant, bruyant, désagréable, pénible, oppressant… ». Parallèlement, leur état de stress a augmenté le plus souvent jusqu’à 8, même si certaines personnes ont déclarée que le bruit n’avait pas agit sur leur stress étant donné les conditions peu réalistes dans lesquelles ils avaient effectués l’écoute.

Ainsi, nous avons dans un premier temps conclu que la perception d’un son pouvait être effectuée de manière objective, en fonction de l’opinion commune. Nous réagissons donc de manière identique à certains environnements sonores, que nous interprétons de la même manière.

Cette conclusion a été confirmée par les réponses reçus pour l’extrait 4, contenant une musique douce, reposante car utilisée dans des lieux de détente (spa…). En effet la quasi-totalité des participants ont associées cette musique à un lieu de relaxation, ou a un lieu qui leur inspire un sentiment de bien-être, de tranquillité : « forêt, montagne, salle de massage, spa, termes… » et en relation avec une sensation adéquate : « déstressant, paisible, reposant, doux… ». Parmi eux, plus de 80% à reconnu une baisse significative du stress pendant l’écoute.

2. La musique, vers une perception subjective.

Paradoxalement à l’interprétation précédente, nous avons remarqué avec les extraits 3 et 4 que la perception si elle peut être influencée reste totalement subjective. En effet les résultats pour ces extraits sont très variés et très peu exploitables autrement que pour démontrer la subjectivité des sensations auditives. Ainsi, l’extrait 2 qui présentait une ambiance balnéaire avec une musique planante a été associé soit à une augmentation du stress du à l’effet déconcertant de la musique, soit à une baisse de l’état de stress du à l’effet de cycle et de répétions du motif principal, provoquant entre autre le souvenir des vagues de la mer. Certaines personnes (15%) ont aussi admit ne pas pouvoir évaluer leur niveau de stress car il n’était pas uniforme pendant toute l’écoute.

Enfin, l’extrait 3 qui a été choisi pour son rythme excitant a très souvent provoqué des hausses du stress tout en étant qualifié de « déstressant, entrainant… ». Cependant, si une majorité des personnes a apprécié l’écoute de cette musique très rythmée, plus de 20% des individus interrogés ont qualifié la musique de : « démodée, stressante, pas à leur goût».

De cette manière, il apparait que la perception de certains sons, surtout lorsqu’ils sont agencés sous forme de musique, est subjective et provoque chez chacun un effet différent.

Pour conclure, cette expérience nous a permis de mettre en évidence pourquoi les nuisances sonores, qui souvent provoquent une réaction uniforme de pénibilité, sont tellement incriminées, et de même pourquoi la musicothérapie réceptive qui se fait sur un mode subjectif,  fait appel aux goûts et aux souvenirs du patient.

 

 

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :