Les répercutions du bruit sur l’audition

 

Les répercutions du bruit sur l’audition

Il faut savoir que tout bruit dont l’intensité dépasse 85 dB est préjudiciable, plus la durée d’exposition à un bruit est longue, plus les conséquences sont importantes.

  • Perte d’ouïe temporaire

Après avoir passé du temps dans un milieu particulièrement bruyant, on peut ressentir un tintement ou une impression de pression dans l’oreille, on peut également remarquer que notre audition est affaiblie. Ce phénomène se nomme déplacement temporaire du seuil. Le tintement et la sensation de surdité disparaissent normalement assez vite une fois que l’on est plus exposé au bruit. Cependant, plus longue est l’exposition, plus longue est la durée de récupération d’une ouïe normale.

  

  • Perte d’ouïe permanente ou Hypoacousie

L’exposition répétée ou trop importante a des niveaux sonores excessifs se traduit par une baisse globale et permanente des capacités auditives . L’oreille n’est plus capable de récupérer ses fonctions car les cellules ciliées de l’oreille interne ont subi des lésions irréversibles.

  

  • Presbyacousie

La presbyacousie est une hypoacousie neurosensorielle, c’est-à-dire une surdité de perception due à une lésion de l’oreille interne, qui survient normalement avec l’âge et qui peut être influencée par des facteurs génétiques ou acquis. La presbyacousie débute dés l’âge de 20 ans mais devient vraiment significative après 65 ans. Les hommes sont plus atteints, et plus sévèrement que les femmes. Le raidissement de la membrane basilaire et la détérioration des cellules cillées jouent un rôle important dans le développement de la maladie, et son apparition semble être liée en grande partie à une exposition sonore dangereuse et répétée. De manière générale, la maladie se caractérise d’abord par une perte au niveau des fréquences les plus élevées, se déplaçant ensuite vers les fréquences plus basses. Mais l’évolution de la maladie est très variable car elle dépend entièrement de l’environnement sonore de l’individu atteint. Si cette maladie a souvent été associée aux personnes âgées, elle touche maintenant les plus jeunes et des cas sont aujourd’hui repérés dés l’adolescence.

  • Hyperacousie

Contrairement à l’hypoacousie chronique, l’hyperacousie ne provoque pas une sensation de perte d’audition mais par une hypersensibilité de l’ouïe qui se révèle douloureuse. Cette maladie est provoquée par des expositions brusques et répétées à des niveaux sonores très élevés. De plus cette maladie liée à un disfonctionnement du schéma auditif neuronal c’est-à-dire à une activité déréglée des cellules cillées. Considérée comme un traumatisme sonore, cette maladie n’est pas d’ordre génétique mais devient de plus en plus importante dans nos sociétés ou le bruit semble se normaliser. En réalité, l’hyperacousie sévère est la plus handicapante des maladies auditives car le malade doit vivre dans un environnement sonore modérée et ne peut donc pas avoir de vie sociale. En effet les personnes atteintes ont des difficultés à échantillonner les sons, ainsi un bruit qui peut nous sembler infime peut être douloureux ou entrainer des acouphènes chez un malade. De plus, la maladie se caractérise par des conséquences extra-auditives comme la nausée, les vertiges, les maux de tête, la dépression…

  • Acouphène

Les acouphènes sont un phénomène très répendu dans la société actuelle, on les ressent facilement après une exposition intense à des niveaux sonores élevés comme après les concerts, discothèques, travaux industriels… Les acouphènes définissent une sensation auditive qui n’est pas d’origine sonore c’est-à-dire qu’elle ne provient pas de l’environnement extérieur. On les perçoit le plus souvent comme des sifflements, des sons purs avec une note persistante. Cependant certaines personnes souffrent d’acouphènes plus complexes dont l’intensité varie du simple bourdonnement au bruit assourdissant. Ce phénomène est souvent accompagné d’une hypersensibilité aux bruits extérieurs et vont de pair avec l’hyperacousie. L’ensemble des symptômes ont permis aux scientifiques d’émettre une hypothèse sur l’origine des acouphènes, même si aujourd’hui elle est encore inconnue. Ainsi, après une exposition à des niveaux sonores trop élevés, notre cerveau essaierait de subvenir à la perte d’audition en augmentant son activité de perception auditive, ce qui provoquerait alors les acouphènes.

 

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :